Suite à la décision du juge des référés de Grande Instance de Paris

Après avoir pris acte de la décision du juge des référés du TGI en date du 18 décembre, et pour éviter toute désinformation du public, la Fédération Française de Tennis tient à rappeler la réalité du projet dans le Jardin des Serres d’Auteuil.
  • Que la partie du Jardin des Serres d’Auteuil dite "noble" ou "principale" n'est pas concernée par le projet de la FFT. Les Serres conçues par Jean-Camille Formigé, protégées au titre des monuments historiques, ne sont pas touchées par le projet de la FFT ;  
     
  • Que les éléments concernés par le projet, ne sont pas des éléments d'origine conçus par Jean-Camille Formigé : les serres techniques actuelles ont été construites en 2001, les serres chaudes actuelles ont été construites dans les années 1990, le système et le réseau de chauffage des serres d'Auteuil n'est plus celui conçu en 1898, les serres étant chauffées via le réseau collectif de chauffage urbain ;
     
  • Qu’en conséquence, la structure et la composition générale de toute la partie est du site, seule concernée par le projet, ne correspond plus aujourd'hui à son état originel tel que conçu par Jean-Camille Formigé ;
     
  • Que les travaux de rénovation extérieurs et d'aménagements des bâtiments en pierre meulière n'emportent aucune modification architecturale puisqu'ils consistent à une restauration extérieure des façades et une restructuration des espaces intérieurs.
  • La FFT ne doute donc pas que le Tribunal de Grande Instance de Paris, appelé à se prononcer au fond sur le point de savoir si les descendants de Jean-Camille Formigé disposent d'un droit sur le Jardin des Serres d'Auteuil, et surtout s'il est porté atteinte à ce droit par le projet de la FFT viendra rapidement confirmer la solidité juridique du projet de modernisation du stade Roland-Garros, déjà plusieurs fois confirmée par les tribunaux.
Dernières actualités voir toutes les actualités